hkaihko

Hankai hankô

Dans notre dynamique d’étude des formes de Sangaku’en semaine après semaine, nous consacrons donc cette newsletter à Hankai hankô.
Hankai hankô, troisième forme de Sangaku’en, se traduit par « À demi ouvert, à demi visé », et peut être interprété par la nécessité d’une position à moitié accueillante, à moitié menaçante. Le principe de cette forme met l’accent sur la garde. L’ambiguïté de la posture « à demi » , contraint le mouvement de l’attaquant, et guide la frappe vers une zone fixée. Il s’agit de tromper et de piéger l’esprit de l’adversaire, jouer des dualités pour contraindre l’adversaire à frapper le vide et l’englober.
Ce principe s’applique à presque toutes les gardes de la Shinkage Ryû. La photo précédente, rassemblant un certain nombre de postures exécutées par des élèves de l’école, essaye d’illustrer ce propos. Il est intéressant, en observant les différentes postures, de déceler les forces et les faiblesses, et d’imaginer s’il s’agit de faiblesses feintes ou réelles.
Miyamoto Musashi dans le Gorin No Sho parle de la voie de la stratégie. Pendant tout le texte, il tisse des liens entre l’art du sabre et la stratégie militaire [et même civile, par ailleurs]. Il écrit: “La voie de la guerre est la même un contre un et dix milles contre dix milles”. Hankai hankô se prête bien à l’analogie avec le champ de bataille et l’art de la stratégie.

Sun Tzu dans l’Art de la guerre écrit:

“Tout l’art de la guerre est basé sur la duperie.
C’est pourquoi, lorsque vous êtes capable, feignez l’incapacité ; actif, la passivité.
Proche, faites croire que vous êtes loin, et loin, que vous êtes proche.
Appâtez l’ennemi pour le prendre au piège ; simulez le désordre et frappez-le.”

Ainsi, nous vous proposons des faits de batailles célèbres pour illustrer le principe de la forme.
Le premier exemple de batailles célèbres qui rejoint sur de nombreux points la tactique de Hankai hankô, est la bataille des Cannes (2 août 216 av. J.-C.) de la deuxième guerre punique, opposant les carthaginois et le célèbre Hannibal Barca aux romains. Hannibal en créant une apparente faiblesse au centre de la position de son armée réussit à magistralement encercler la puissante infanterie romaine. Comme décrit dans la courte vidéo suivante:

Puis, nous nous intéressons à la fameuse bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805) opposant Napoléon à 2 autres empereurs, l’empereur Russe et l’empereur d’Autriche. Par un coup de génie stratégique, Napoléon réussit à tromper ses adversaires en laissant un temps la position centrale dominante et en attirant ceux-ci vers une position faussement faible. Cette stratégie permit aux Français de reprendre le centre, de couper l’armée de l’ennemi et de remporter une bataille historique, pourtant en infériorité numérique. Vous pouvez ainsi regarder la vidéo suivante:

Enfin, nous citerons le roi Shaka Zulu (1787-1828) et sa célèbre formation en corne de buffle. Nous ne sommes plus tout à fait dans le jeu ambigu et de duperie de Hankai hankô, mais il est intéressant de noter la beauté de la formation militaire et le génie de la tactique d’encerclement avec la poitrine centrale expérimentée et sa réserve arrière, et les 2 cornes de guerriers jeunes et véloces pour l’encerclement.

 

Maintenant, pour se concentrer sur notre pratique, afin de travailler mentalement la forme Hankai hankô, nous vous proposons dans un premier temps la vidéo du kata entier réalisée par Alexis et Ludivine.

Puis, nous vous proposons de travailler la technique (côté shidachi, donc). À partir de seigan, pendant que la jambe arrière et l’aine gauche s’ouvrent, la pointe du sabre pivote sur la droite en arc de cercle. La main gauche reste toujours au centre. Cela correspond à la position à demi ouverte, à demi visée. Lorsque uchidachi cherche à frapper la main au centre, nous chassons celle-ci en amenant la main droite jusqu’au front pour ensuite frapper par dessus la frappe d’uchidachi jusqu’à son poignet.

hankgif

Bertrand

Bonne pratique à tous!