Notre recherche porte sur la notion du « sabre fluide », dont les techniques des maîtres anciens (les KenSeï, que l’on pourrait nommer les Saints du Sabre) ont complètement disparues. On imagine qu’ils étaient dotés de libertés ultimes tant au niveau de l’esprit que dans leurs mouvements. Ils vécurent néanmoins au Japon une période chaotique, en pleine refonte des traditions et de la mise en place des pouvoirs dominants.

Comment accéder à nouveau à cette liberté du corps et de l’esprit ? C’est le but de notre recherche.

Nous proposons d’être à l’écoute du katana : (l’incarnation des 5 éléments), le sabre japonais.

Il n’est pas si aisé de le manipuler. Il attend notre placement correct, et un déplacement raisonnable. Il nous enseigne comment nouer son centre au notre.

Il nous aide à sentir la gravité, la force entre le ciel et la terre. Il nous guide sur la manière de jouer avec l’adversaire et de le déjouer. Enfin, il nous enseigne l’harmonie entre le corps et l’esprit.

On peut tout apprendre par l’instrument. Voilà notre avantage, notre force.

C’est un plaisir de vous annoncer cette rentrée. A Paris, nous avons désormais la chance de pratiquer le mardi soir dans un Dojo exceptionnel, un magnifique espace avec des belles énergies. Dans ce Dojo, je peux donner des cours encore plus japonais qu’au Japon !

Nous continuerons les formes du Sabre, issues de Shinkage ryu et également les techniques du Iaï. Et nous continuerons à pratiquer au CEASC le vendredi soir, la base du Sabre et de l’Aïki dans des formes plus relaxes.

Enfin, à Bruxelles, je mènerai de nombreux stages intensifs au mois de septembre et nous inaugurerons l’ouverture d’un cours mené par mon collaborateur belge Bruno Marin en centre ville le vendredi soir. Nous organiserons une journée porte ouverte le jour de l’équinoxe.

Belle rentrée à tous.
Masato Matsuura
Septembre 2013